Dead Astronaut Chasm Reverb : analyse du circuit

La Dead Astronaut Chasm Reverb est une réverb tout en profondeur, qui peut autoosciller ! Cliquez ici pour voir ma version terminée.

Voici le circuit, trouvé sur le document d'assemblage :
Chasm Reverb Dead Astronaut circuit
Si vous avez déjà lue mon analyse du circuit de la Rub A Dub reverb, vous pouvez déjà remarquer certaines similarités. Comme la majorité des reverbs DIY, elle utilise une Belton Brick BTDR2H, qui permet à n'importe qui de fabriquer sa reverb sans avoir à coder ou pire, utiliser un tank de reverb analogique avec un ressort !

Le circuit est divisé en plusieurs parties :
Chasm Reverb Dead Astronaut circuit
Analysons chacune de ces parties différemment, vous verrez, ce n'est pas si compliqué !


Alimentation

L'alimentation est classique, et ressemble à la plupart des alims qu'on peut trouver dans les pédales numériques. Elle permet d'obtenir 3 tensions différentes : 9V, 4,5V et 5V (régulée).
Chasm Reverb Dead Astronaut alimentation
La diode zener (D6) empêche les inversions de polarité. R22 et C16 forment un filtre passe bas qui élimine toutes les éventuelles ondes parasites à 50Hz qui peuvent provenir de l'alimentation.

R23 et R24 forment un pont diviseur de tension qui permet de fournir une tension de 4,5V (VB). C17 permet d'absorber d'éventuelles variations de courant (ondes parasites). Cette tension est nécessaire pour que les amplificateurs opérationnels.

Ensuite, on a un régulateur de tension 7805. C'est un grand classique des effets numériques, "78" veut dire qu'il délivre une tension positive, et "05" représente la tension de sortie : 5V. Ce régulateur est nécessaire pour que la Belton Brick BTDR2H fonctionne correctement. Un voltage non régulé pourrait sérieusement endommager les composants numériques contenus dans la BTDR2 donc un régulateur est indispensable ! On trouve ce type de régulateur dans la plupart des circuits utilisant du numérique.


Buffer JFET permettant le switching

C'est un schéma particulier qui joue le rôle de switch dans cette réverb. Déjà, vous pouvez voir qu'on utilise un DPDT et non pas notre classique 3PDT. Cela permet en fait d'utiliser un buffer, qui fait que la réverb n'est pas brutalement coupée quand on éteind la pédale. Cela permet de conserver le son en arrière plan, ce qui donne des trucs très sympas avec l'autooscillation par exemple !
JFET switch pédale guitare
Alors, comment ça marche ?

Tout d'abord, un buffer d'entrée formé par R1, C1, R2 et le premier OP amp du TL072. Comme vous pouvez le voir, il n'y a pas de résistance dans la boucle, et donc l'OP amp a un gain de 1. Il est utilisé pour transformer le signal depuis une impédance haute vers une impédance basse.

Ensuite, il y a le switching JFET à proprement parler. Les transistors JFET ne sont pas utilisés ici comme amplificateurs de signaux, mais plutôt comme des switchs "on/off", comme dans les ordinateurs ! Quand un des JFET est alimenté (en donnant une tension de 9V, via le DPDT), il va permettre au signal de passer depuis le drain jusqu'à la source : le signal peut passer au travers du JFET. Lorsqu'il n'est plus alimenté, le signal est bloqué. Quand un JFET est on, l'autre est off, donc le signal va soit vers l'effet, soit vers la sortie bufferisée. Une diode empêche un signal parasite d'entrer au niveau de la gate et de parasiter le signal.

Ce schéma de switching est très pratique avec une réverb : cela diminue les bruits de "pop", et vous permet de conserver la reverb en cours quand la pédale est éteinte, ce qui est super cool avec la fonction d'autooscillation de cette réverb.


Le circuit de la réverb

Ce circuit utilise un composant classique des reverb DIY, l'accutronics Belton Brick BTDR2, que j'avais déjà présentée succinement dans l'analyse du circuit de la Rub A Dub Reverb.

Voici un schéma de la BRTDR2 utiliséee dans ce circuit:
Accutronics Belton Brick BTDR2
Il y a 6 pattes sur la brique, qui correspondent chacun à une entrée / sortie pour le signal ou l'alim. Les deux premières sont utilisées pour l'alimentation, 5V et la masse. On peut remarquer  que la masse de l'alimentation (patte 2) est séparée de la masse du signal (patte 4). Dans certains circuits, il est important de séparer la masse du circuit digital du circuit numérique, et de les regrouper en un point seulement pour éviter l'apparition de bruit (surtout quand on combine des chip digitaux avec des IC analogiques fonctionnant en 5V, comme les MN3005 utilisés dans les delays analogiques). Ici, en pratique, ce n'est pas un souci puisque le seul circuit numérique est la Belton Brick. Si on relie directement la masse de l'alim et du signal, les masses ne seront toujours reliées qu'en un point.

Le signal entre par la patte 3, après avoir été  bufferisée (basse impédance), puis est "transformé" par le chip en son de reverb, qui ressort par la patte 5 et 6. Le son qui sort en 3 n'est pas réverb + dry, mais juste le son de la réverb. C'est un son particulier qu'il faut donc mélanger avec le son de guitare seul pour avoir quelque chose qui ressemble à une réverb.

Voici le schéma de la partie réverb :
Dead Astronaut Chasm Reverb
Tout d'abord un buffer d'entrée (input buffer) augmente un peu le signal, qui va ensuite être séparé en deux. La moitié du signal va rester naturel (signal 'dry'), tandis que l'autre partie va être transformé en signal reverbéré par la BTDR2. Ces deux signaux seront ensuite mixés et dosés par un potentiomètre, le potentiomètre de mix. A fond vers la gauche, on aura unique le signal "dry" (pas de réverb), et tout à droite, uniquement le son de la réverb !

Le signal 'dry' traverse cette section sans être modifié comme on peut le voir sur le schéma.

Le signal réverbéré est bufferisé par un ampli opérationnel (TL072), avec un gain de 1. Un condensateur de 100pF dans la boucle enlève un peu d'aigus, et le signal peut entrer dans la BTDR2. Le signal sort par le pin 5 et 6, et des aigus sont enlevés par le filtre passe bas formé par le condensateur C5 et le potentiomètre "damp". Pour plus d'infos sur les filtres, lisez mon article sur le tonestack de la Big Muff. Ainsi, on peut régler la quantité d'aigus dans la reverb. Ensuite, le signal réverbéré traverse un deuxième ampli opérationnel du TL072, puis se dirige vers le potentiomètre de mix.

En temps normal, ce schéma de reverb serait une réverb ultra classique avec un potentiomètre de tone. Ce qui rend cette réverb unique, c'est son circuit de feedback. Une partie du signal réverbéré peut aller dans la boucle de feedback, et revenir dans le circuit de la réverb ! La quantité de signal qui peut revenir en passant par cette boucle est réglé via le potentiomètre "decay" et un switch qui permet de choisir entre une résistance de 47k (beaucoup de signal revient, on peut autoosciller) et 100k (feedback plus discret, pour des temps de reverb un peu plus longs). C'est vraiment une fonction sympa, avec un "damp" (= tonalité) assez bas, et beaucoup de decay, on a des autooscillations et un pattern de reverb super pour créer des nappes ! Cela permet aussi de régler grossièrement le decay de la reverb, fonction absente sur la version 2 de la BTDR.

Enfin, le dry signal et le signal de la réverb sont mixés avec le potentiomètre de mix. Un dernier potentiomètre va régler le niveau de sortie global de l'effet : le potentiomètre de volume. Ce potentiomètre est câblé comme une résistance variable vers la masse, classique des potentiomètres de volume. Enfin, le signal (reverb + dry) peut sortir au travers du buffer de sortie.


Buffer de sortie

Le buffer de sortie est un buffer tout simple utilisant un OP amp du TL072. Il rappelle un peu celui de la Klon.
Dead Astronaut Chasm Reverb output buffer
Un condensateur de 100 pF dans la boucle de l'AOP va enlever un peu d'aigus. Si la pédale est off, le signal dry passe au travers de l'AOP avec un gain de 1 (R16 / R13 = 1). Quand la pédale est on, le signal réverbéré est légèrement amplifié (R16 / R15 = 3 environ) pour compenser la perte de volume lié au potards de mix, volume et à la Belton Brick. C'est un buffer tout simple, et très transparent grâce aux valeurs élevées des condensateurs de couplage (10 uF, C10 et C13), et à l'utilisation du TL072.

Et voilà ! J'espère que tout est clair et compréhensible ! N'hésitez pas à poser des questions en postant un commentaire. Si ce post vous a été utile, remerciez moi en likant la page Facebook Coda Effects !


Pour aller plus loin (en anglais)

JFET switching (pdf by Geofex): bonnes explications sur le switching en JFET, en prenant pour exemple les pédales Boss et Tube Screamer.
Accutronics BTDR2 : page officielle du module de reverb BTDR2.
Une page à propos du bruit lié au digita, avec pas mal d'autres infos sympas.
Page officielle de la Chasm Reverb, si vous voulez en acheter une ou en construire une vous même !
1 Commentaire
avatar

It offers a fundamental analysis on whether or not a 3D mannequin is well printable. To keep prints from breaking when force is utilized; make certain to orient your mannequin to reduce stress on Air Purifier the half by orienting the mannequin so that the print traces are perpendicular to point of the strain being utilized. Zip Top Bag from SmallPrettyThingsYou can learn more about Kacie from the5, 4, three, 2, 1 About Kacie Hultgrenmaker profile we posted in June. The Creality Ender-2 Pro, a $170 competitor to the Prusa Mini+, seems constructed to look almost identical to that mannequin. However, in our exams its menus have been confusing and made the printer tougher to operate than any of our picks. Its followers have been additionally drastically louder than those of another printer we examined.

Répondre