Clone de Klon Centaur (Aion electronics Refractor)

La klon centaur est l’overdrive favorite des DIYers… En effet, la version originale de cette overdrive mythique (par son prix à plus de 1500 euros) la rend plus proche de la licorne intouchable que d’une pédale testable par le commun des mortels ! Même la KTR qui est une réédition adaptée à la production de masse (n'est pas faite à la main, composants de surface) coûte plus de 300 euros ! La quantité de clones (ie « klone ») de cette pédale disponibles a donc rapidement pris des proportions dantesques : JHS, Rockett, ARC effects, Electro harmonix avec la Soul Food, tout le monde s’est essayé à produire son clone, toujours plus proche de la pédale originale.

Pour ceux qui ne connaissent pas la Klon Centaur, il s’agit d’une overdrive créée dans les années 90 par Bill Finnegan et des ingénieurs en électronique du MIT (ça ne s'invente pas !), qui a fait couler beaucoup d’encre (et d’argent !) de par sa rareté et sa qualité musicale. Elle a été utilisée par de nombreux guitaristes, et par les plus grands comme Jeff Beck par exemple. Il s’agit d’une overdrive à 3 potentiomètres : gain, volume et aigus, réputée pour ses crunch légers, très léger, ses qualités en tant que boost et son buffer. J'avais d'ailleurs à un moment réalisé un circuit imprimé pour reproduire le buffer de la Klon Centaur.

Récemment, plusieurs fabricants de PCB ont mis au point des PCB pour pouvoir réaliser sa Klon Centaur soit même, et notamment Aion electronics, qui a fait un travail fantastique en reproduisant le circuit original composant par composant, mais dans une boite 1590B ! Je n’avais donc plus d’excuse pour ne pas m’y coller ! De plus, je voulais voir s’il y avait des différences audibles entre ma soul food et une copie conforme de la Klon. Dans cet article, je vous présenterai tout d'abord ma réalisation, on analysera ensuite le circuit (âmes sensibles s'abstenir, c'est complexe !), je vous présenterai ensuite des mods sympas qu'on peut faire sur cette pédale, avant de conclure en vous présentant les différentes versions de la Klon et son histoire.

Voici donc le résultat!
Klon centaur clone
J’ai utilisé un boitier pré peint de couleur or comme la Klon Centaur Gold originale, et utilisé un tampon pour y ajouter un centaure, que j’ai ensuite reverni. Le tampon a été réalisé par le site tamporelle, vraiment excellent ! Très rapide d’exécution de bonne qualité, j’ai eu mon tampon rapidement pour un prix modique, je recommande si jamais vous désirez avoir recours à cette technique. Je suis vraiment fan du résultat, on a un look faisant référence à l’originale, mais dans un boitier bien plus petit et facile à caler sur un pedalboard !

J’ai aussi utilisé une plaque gravée au laser pour y apposer le logo Coda Effects.
Klon centaur clone
Pour compacter un circuit de Klon, qui est quand même conséquent, il y a eu un travail fantastique de la part d’Aion electronics. C’est vraiment un PCB très impressionnant, très compact, mais néanmoins réalisable avec des composants classiques et sans avoir à placer les résistances verticalement (je déteste). Le PCB est d’excellente qualité, et le guide de réalisation très bien fait. Si jamais vous voulez réaliser un clone de Klon, je recommande vraiment ce PCB.

Attention cependant, ce n’est pas un build facile, le degré de compaction est vraiment fort, on n’a pas le droit à l’erreur lors du perçage de la boite ! Cependant avec le guide fourni, qui est vraiment très complet, ça le fait ! J’ai été ravi de mon côté, il a fonctionné du premier coup sans accrocs ! Ca me change un peu du clone de Superbolt, qui a demandé pas mal de courage pour trouver et réparer les problèmes….
Klon centaur clone
J’ai utilisé des composants de bonne qualité, similaires en tout point à ceux de la Klon Centaur originale. Tantale, électrolytique ou film selon ce qui était présent sur la pédale originale. Pour cela, j’ai utilisé le document réalisé par Martin Chittum de freestomboxes.org en 2009. En effet, la pédale originale comporte de la goop, sorte de pâte noire qui empêche de voir les composants. La communauté freestompboxes a réussi à mettre en commun de l’argent pour en acheter une et l’envoyer à Martin Chittum qui a réussi à « dégooper » le circuit et l’a tracé, en reportant précisément les composants utilisés.

Le seul point mystérieux à la suite de ce travail restait les diodes qui étaient germanium, mais de nature inconnue. Certains tests ont déterminé qu’il s’agissait de D9E russes (avec une chute de voltage de 0.35V), que j’ai utilisé dans mon mod sur la soul food. J’ai donc utilisé ces diodes sur ce build :
D9E diodes klon centaur
Cependant, récemment, Bill Finnegan lui-même a annoncé qu'il a utilisé des diodes  germanium 1N34A :
    The diode I have always used is a germanium diode with the part number 1N34A, but you should understand that this particular part has since the 1950s or so been manufactured by literally hundreds of different companies, and having listened to as many different ones as I have, I can say with confidence that they all sound somewhat different in my circuit, and often they sound VERY different. - Bill Finnegan, post sur The Gear Page -
Ce sont vraiment les diodes germanium "de base", surprenant pour ces diodes à la réputation mythique ! En même temps, les D9E sont de vieilles diodes soviétiques, et les premiers tests sur la klon en commencés en 1991, soit deux ans après la chute du mur, ça devait être compliqué de se les procurer. Sans compter que le marquage des D9E (bande bleue sur l'anode) diffère de celui observé sur les diodes de la klon (bande noire sur la cathode). Après, les diodes 1N34A avaient déjà été testées par de nombreux DIYers et ne sonnaient à priori pas tout à fait pareil... Pour moi il est probable que les diodes soient des 1N34A, peut être qu'effectivement comme Bill Finnegan le fait remarquer, le batch qu'il a utilisé diffère légèrement des versions plus "modernes" de 1N34A. Les D9E ont un seuil correct (0,35V), et sonnent très bien, donc je vais continuer à les utiliser de mon côté.



Comment ça sonne ?


Alors, comme ceux qui me connaissent ou qui lisent mon blog le savent, je suis très suspicieux vis-à-vis de la réputation « mythique » de la klon originale. Ma soul food me semblait être une bonne recréation de cette pédale, et je ne comprenais pas trop le buzz autour de cette pédale, qui est certes sympa en boost ou en drive léger, mais pêche un peu par la faible quantité de graves, qui donne un aspect un peu trop light au son. Les drives lourds n’était pas trop convaincants, sonnant un peu trop « transistor », ce qui fait qu’au final c’est devenu mon boost plus qu’une pédale d’overdrive à proprement parler.

C’est donc sans trop de conviction que j’ai abordé le test de cette pédale. Et bien je dois avouer que, contre toute attente, j’ai été vraiment surpris ! Si la pédale sonne relativement similaire dans les drives léger (ie idéal pour les rythmiques un poil crunchy, les riffs avec pas mal d’accords), ou en boost (parfait pour lancer son ampli à lampes en gros crunch, et regagner un peu d’aigus), ici le drive important sonne vraiment bien !
On a un truc bien dynamique, toujours assez transparent, mais avec un gain en hauts médiums fort sympathique qui donne des gros crunch super cools en solo ! Je comprends mieux maintenant le réglage de Jeff Beck sur la sienne :
Klon Centaur Jeff Beck pedalboard
(le gain est à gauche)

En tout cas je suis surpris… Je ferai un blind test pour être sûr que mon cerveau ne me joue pas des tours, mais j’entends une différence appréciable de mon côté dans les gains importants.

La pédale a été comparée à la Klon KTR, et les sons sont très très très similaires, pas de différences claires audible entre les deux. Comme quoi tout est affaire de circuit, composants, pas de magie là dedans !
Klon clone vs klon KTR 
Vous l'aurez compris, on est très proche de la KTR. Si vous voulez vous faire une idée du grain, écoutez les vidéos de démo de la KTR. J'essaierai d'enregistrer des samples à un moment ou à un autre.
Coda Effects Klon clone vs Klon KTR
Pour ceux que cela intéresse, je suis en train d'en faire une petite série de cinq que je pense vendre pour financer un peu de matériel d'enregistrement.



Analyse du circuit


La Klon est un circuit assez complexe. Avoir une analyse détaillée du circuit est nécessaire, et de plus il y a relativement peu de documentation sur comment marche le circuit en ligne, bien que plein de références soient disponibles. Il faut aussi rappeler que le circuit a été conçu en grande partie par des ingénieurs en électronique du MIT (et non pas par Bill Finnegan, qui est plus musicien que technicien), et il est donc assez "étrange" et non standard quand on est habitué aux circuits classiques (Tube Screamer, distorsion rat...etc) Donc attachez vos ceintures, ça va être long !

Si vous n'êtes pas encore trop trop familier avec les différents composants, et la théorie autour des pédales d'effets pour guitare, je vous conseille de lire d'abord d'autres articles sur la théorie et de vous familiariser un peu avant d'attaquer l'analyse de celui ci !

Voici le fameux circuit :
Klon Centaur Schematic

Déjà on peut voir que contrairement à pas mal de pédales boutique overpricées, ici le circuit est entièrement original !

On distingue donc 4 amplificateurs opérationnels (OP amps), on peut voir les fameuses diodes germanium entre le deuxième et troisième OP amp. Globalement, si on divise le circuit en plusieurs parties, on voit que le signal est divisé en 2 parties, une qui va conduire le signal clean, et l’autre le signal drive, qui vont ensuite être mélangés quand la pédale est on, et le signal va sinon passer par un buffer quand elle est off. Pour être plus exact, la partie clean contient plus les aigus, tandis que la partie saturée contient plus les graves et mediums.

J'ai tracé ici le chemin suivi par le signal :
Klon centaur schematic circuit analysis


On peut voir que le signal d'origine (en bleu) est séparé en deux signaux différent: clean et saturé (respectivement verts et roses), qui sont dosés via un double potentiomètre de gain, puis remélangés (en jaune)... Si la Klon est si à l'aise dans les drives légers, c'est sûrement grâce à ce mécanisme qui permet de conserver une partie du son clean et donc d'avoir des saturations très discrètes qui sont mixées avec votre signal de base.

On voit aussi que quand la pédale est off, le signal passe quand même au travers d'un OP amp (c'est la boucle bleue qui passe au dessus du circuit)... C'est le fameux buffer !

Si on sépare le circuit en plusieurs parties comme on en a l'habitude, ça donnerai quelque chose comme ça :
Klon Centaur schematic circuit analysis

Enfin, en bas à droite, on a un système avec un MAX1044 qui permet d'apporter différentes tensions au circuit. Si vous vous rappelez bien, le MAX1044 permet d'inverser une tension, ou de la doubler pour avoir 18V. Ici, il est utilisé pour ces deux fonctions en même temps !
Voyons ce premier circuit qui permet de fournir les différentes tensions nécessaires au fonctionnement de la Klon Centaur.


Alimentation de la Klon Centaur

Comme vous pouvez le voir, il n'y a pas moins de 4 tensions différentes qui sont délivrées par l'alimentation de la Klon Centaur ! On a donc V+ (9V), VB+ (4.5V), V- (-9V) et V2+ (18V) ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué n'est ce pas ?
Klon centaur power supply schematic
V+ (9v de base donc) est stabilisée grâce à un condensateur de 47uF, et une diode (D4) prévient les inversions de polarité. On retrouve un schéma classique de stabilisation d'alimentation.

V+ est ensuite divisée par deux grâce à un pont diviseur de tension avec R29 et R30, pour donner VB+ (4.5V). Vous ne savez pas ce qu'est un pont diviseur de tension ? Lisez mon article sur les résistances et leur rôle dans les pédales d'effet. Cette tension est aussi stabilisée avec un condensateur de 47uF.

Enfin, le MAX1044 est utilisé pour obtenir une tension inversée (V-, -9V) et doublée (+V2, 18V). Le MAX1044 est un circuit intégré commercialisé par MAXIM qui permet de modifier des tensions. Il est très pratique, et on le trouve dans plein de circuits utilisant des doubleurs de tension. Ici, pour doubler la tension, et avoir une tension négative, il est utilisé comme indiqué sur la datasheet. Pour plus d'infos sur le MAX1044, lisez mon article sur l'inversion de tension.

Buffer de la Klon

La boucle bleue qui passe tout au dessus du circuit pour aller vers la sortie n'est active que quand la pédale est "off". Il s'agit du fameux buffer ! Un buffer permet de diminuer l'impédance de votre signal, et de garantir que les hautes fréquences (aigus) soient maintenues le long de votre chaine d'effets. Voici le schéma:
Klon centaur buffer schematic


(rappelez vous, j'avais designé des PCB pour le refaire)

La première partie, jusqu'à C2, est simplement l'entrée du circuit. On a une résistance à l'entrée pour ajuster le signal (R1), et une résistance de rappel pour éviter les "ploc" à l'enclenchement. Pour plus d'infos sur ce type de résistances et leur rôle, lisez mon article sur les résistances.

Le condensateur C1 est un condensateur de liaison : il permet d'éviter que des courants directs parasitiques en provenance des micros. Avec la résistance R2, il va aussi jouer un rôle de filtre passe haut. Plus la valeur du condensateur est faible, moins il y a de basses qui pourront le traverser. Ici, avec une valeur de 0.1uF, on laisse passer la plupart des basses de la guitare. Ce qui garantit un buffer assez transparent !

Ensuite, le signal arrive à l'entrée d'un amplificateur opérationnel, faisant partie du TL072. Le TL072 est un double ampli opérationnel, très transparent. Il est monté en non-inverseur (le signal arrive par la borne "+"). Normalement, on a deux résistances qui vont définir le gain d'un tel montage. Ici, on n'en a aucune : le gain est de 1, ce qui garantit à peu près un même volume sonore en entrée et en sortie. L'amplificateur opération a une entrée haute impédance, et une sortie faible impédance : le buffer a diminué l'impédance du signal, tout en maintenant le volume sonore !

Enfin, on a un deuxième condensateur de liaison de 4.7uF, combiné à une résistance de 100k à la masse. Cela forme un filtre passe haut (encore), qui laisse une fois de plus passer à peu près toutes les fréquences. Une dernière résistance de 560 ohms va ajuster le niveau sonore, et le signal est délivré au reste de la chaîne.


Splitter (Séparateur de signal)

Quand le circuit est "on", le signal ne passe plus par le buffer, qui est déconnecté du reste du circuit par le footswitch, mais par le "splitter". Cette partie du circuit permet de séparer le signal en différentes parties : médiums, basses et aigus.
Klon centaur splitter
A l'entrée, on a le début du buffer, puis le signal arrive à la sortie de l'OP amp. Là, il y a 3 chemins que le signal peut prendre : en bas en passant par la résistance 5,1k et le condensateur C4, vers l'OP amp, ou au dessus en passant par la résistance R17. Bon, c'est quoi ce bordel ?

Ces différents "spliters" où va se diviser le signal filtrent certaines fréquences. Cependant, je n'ai pas encore le background et les connaissances nécessaires pour vous dire lesquelles. En effet, certains filtres sont basés sur des calculs complexes avec transformée de Fourier et compagnie, mais si des électroniciens plus compétents passent dans le coin et veulent bien indiquer tout cela, ce serait super !

Vous voyez qu'en bas, le signal passe au travers de différents composants, puis passe au travers d'un potentiomètre GAIN2. Le sonne ne passe pas au travers de diodes, et reste donc clean.
Le signal peut passer "par au dessus", au travers de la résistance de 1,5 et 15k, et est remixe à la fin du splitter. Là aussi le signal reste clean. On a donc deux signaux clean qui sont séparé du reste du signal.

Enfin, le signal qu'il reste peut aussi passer au travers du second OP-amp. Un potentiomètre GAIN1 règle la quantité de signal qui va passer vers l'OP amp. GAIN1 et GAIN2 sont en fait un double potentiomètre : quand on augmente un, l'autre baisse et vice versa ! On dose ainsi la quantité de signal clean et saturé qui est mélangée le long de la course du potentiomètre ! C'est un système assez ingénieux qu'on ne retrouve dans aucune autre pédale, et c'est une des nouveautés de la klon centaur : tout le signal n'est pas modifié par la pédale, une partie est gardé clean, et remélangé ensuite, ce qui permet de conserver notamment pas mal les aigus, et d'avoir quelque chose d'assez "transparent".

Le saturation vient principalement de la saturation de l'OP amp, aussi étrange que cela puisse paraitre ! Il a un gain assez important; On peut le calculer. Il est monté en non-inverseur, donc le gain sera de 1 + résistance de la boucle / résistance vers la masse = 1+ 422 / (15 + 2 + valeur du potentiomètre de gain (100k) ) = 1 + 422 / (117) = 4,6 avec le gain au minimum, et 1 + 422 / (17) = 25,8 quand le gain est max.

On a ensuite un condensateur de liaison (C9), et le signal arrive au niveau des fameuses diodes germanium D2/D3. La majeure partie du temps, ces diodes n'interviennent en fait que très peu ! J'ai pu le remarquer en modifiant notamment celles de la Soul Food. Elles interviennent seulement à haut niveau de gain, donc on entends relativement peu la différence en changeant les diodes. Je ferai peut être une petite vidéo pour vous montrer tout ça dès que j'aurai un peu plus de matériel pour le faire...

Enfin, à la fin de ce circuit, on voit que les différents signaux se remélangent ensemble dans la deuxième partie du circuit :

Signal mixer / sortie

Nous voici donc arrivé à la fin du circuit (fiouuuu), voici le "signal mixer" !
Les deux signaux ont été remélangés à la fin du splitter, et vont maintenant être amplifiés et filtrés.
Un premier OP amp monté en inverseur amplifie le signal. Cet OP amp a aussi un très fort gain, ce qui garantit une hausse de volume conséquent, intéressant si on veut utiliser la pédale en clean boost.

Un deuxième OP amp avec un gain de 2 (regardez les valeurs de R22 et R24 !) va permettre de régler la quantité d'aigus dans le signal final. Il est organisé en filtre passe bas classique : on laisse passer jusqu'à une certaine fréquence maximale, définie par le condensateur C14. Si on diminue sa valeur, on laissera passer plus d'aigus et inversément. On règle la quantité d'aigus qui passent grâce au potentiomètre de treble qui laisse passer plus ou moins de signal aigu dans l'OP amp.

Enfin, un condensateur de liaison de 4.7 uF empêche le passage de courants DC parasites. Une résistance de 560R et le potentiomètre de volume câblé en résistance variable vont ajuster le volume final. On a aussi deux résistances R27 et R28 dont je ne comprends pas bien l'utilité vu le circuit...

Il y a encore certaines choses qui sont peu claires pour moi, notamment au niveau du splitter : il y a des filtres qui permettent de choisir quelles fréquences vont passer par quel chemin, mais j'ai du mal à voir lesquelles. Il faudrait faire des calculs (beaucoup) plus poussés, que je ne maîtrise pas encore. (transformée de Fourier & Cie)

J'espère que ça vous donne quand même une idée de comment le circuit marche. Voyons maintenant le plus fun : comment modifier une Klon centaur ?

Modifications possibles et astuces de la Klon Centaur


Le circuit peut être modifié de différentes manières pour modifier le gain, moduler la réponse dans les basses ou autre. Voyons ensemble quelques modifications possibles.
  • Changer C14 par une valeur plus importante : c'est un mod très courant qui permet de mieux rétablir le spectre de tonalité, notamment dans les aigus. Je met d'habitude une valeur de 6.8nF, le potentiomètre de treble est plus utilisable de cette manière.
  • Séparer le gain et le blend : au lieu d'utiliser un potentiomètre double, vous pouvez séparer chaque paramètre avec 2 potentiomètres de 100k. Ca peut vous donner des sonorités sympas, et vous permettre de limiter le blend, ce qui peut donner des sons plus typés overdrive.
  • Switch pour le diode clipping : pas beaucoup de changements de ce coté, je ne vous conseille pas trop ce mode. J'ai essayé récemment avec des LED, on obtient par contre dans ce cas un son vraiment sympa et différent de ce dont ont a l'habitude, à la limite de la distorsion !
  • Switch pour ajouter des basses : ce switch affecte la quantité de basses qui passent au travers de l'OP amp du gain. Pour cela, on place un switch au niveau du condensateur C9 pour pouvoir choisir entre deux valeurs : 82 nF (valeur de basse), et une valeur supérieure genre 150 nF
    Klon bass switch mod
  • Potentiomètre de basses : on peut aussi ajuster la quantité de basses au niveau de cet OP amp en  "blendant" un condensateur de 150nF dans la boucle de l'OP amp. On peut voir tout de même la faiblesse de ce mod qui n'agit que sur le signal saturé, donc à priori plus efficace dans les hauts réglages de gain.
    Klon centaur bass potentiometer mod
  • Changer les OP amps : au lieu des TL072CP utilisés, on peut utiliser des OP amps plus "classiques" pour une overdrive, ou moins bruyants. Le plus simple est de les mettre sur sockets pour pouvoir en tester plusieurs sans avoir à souder / dessouder. A tester : LM1458, OPA2132, LF353, JRC4558D... n'importe quel double OP amp peut donner des résultats intéressants !
  • Augmenter le gain : pour cela, il suffit de modifier quelques valeurs de résistances. On peut changer R10 (qui a une valeur de 2K originalement) pour une valeur beaucoup plus faible, voire un jumper !
  • Utilisation avec une basse : si vous comptez utiliser la Klon avec une basse, il faut alors changer certaines valeurs pour laisser passer les basses (d'après madbean pedals) : C1, C3, C4 : 220 nF, C5 : 100 nF, C6 : 1 uF, C8, C13 : 1 nF, C7 : 330 nF, C11 : 6,8 nF, C12 : 56 nF, C14 : 15 nF. En augmentant ces valeurs, on laisse passer plus de basses au travers du circuit. C'est aussi une très bonne idée de séparer le double potentiomètre en deux potentiomètre de gain et blend distinct pour mieux doser la quantité de basse dans le signal final (deuxième mod proposé). Voici le schéma retracé avec les valeurs pour nos amis bassistes : 
    • 1994 switch : en 1995, Bill Finnegan a apporté quelques modifications au circuit (4 en fait, voir ci dessous). La plupart n'ont aucun effet sur le son, à part l'ajout de R11, résistance de 15K qui est censée apporter plus de bas mediums. Pour voir vous même si une différence est audible à vos oreilles, vous pouvez mettre un switch pour choisir entre R11 et un jumper.

    Les différentes versions de la Klon Centaur


    Esthétiquement parlant, le design de la Klon Centaur a un peu changé au cours de la production. Faisons un peu de "klonology" (chronologie... Ok je sors)

    Klon Centaur versions
    Les Klons Gold était la première version produite, puis au cours du début des années 2000, la version Silver a été introduite. La déco a un peu changé au cours du temps, avec 3 versions possibles : pas de centaur (avec écrit "KLON"), un grand centaur avec la queue éloignée du corps, ou un petit centaure avec la queue rapprochée du corps. Il y a eu 5 couleurs différentes : 4 couleurs dorées différentes (que l'on peut voir au dessus), et la silver qui était simplement l'aluminium poli du boitier. A peu près 8000 Klon Centaur ont été fabriquées entre 1994 et 2009 par Bill Finnegan (1,5 centaur par jour !). Si on réunissait aujourd'hui toutes ces klons dans un coffre en Suisse, cela vaudrait plus de douze millions d'euros !

    Tout d'abord, il n'y a pas de différences entre les Klon centaurs "gold" et "silver". Le circuit et les composants sont les mêmes. Les différences audibles entre les différents exemplaires proviennent de la tolérance des composants utilisés (variation entre la valeur théorique du composant indiquée et sa valeur réelle). En effet, Bill Finnegan a utilisé des résistance à couche carbone avec une tolérance de 5%, et des condensateurs avec une tolérance de 20%, ce qui peut provoquer de légères variation du son quand on compare différents pédales.

    Concernant le circuit, contrairement à beaucoup d'autres pédales (la Big Muff...), il n'y a pas eu de gros changements au cours du temps. Sur la première version sortie en 1994, il manquait juste la résistance de 10k à l'entrée du circuit (R1, qui n'a aucun effet sur le son), il n'y avait pas de plan de masse, ni la résistance R11. La résistance R11, une résistance de 15k, a été mise en place pour avoir un peu plus de réponse dans les bas-médiums. Cependant, si vous l'enlevez, vous verrez que le changement est vraiment mineur et extrêmement subtil...
      “The fact is, under the hood they’re all basically the same. In 1995 I made three small changes: I added a resistor to give the circuit some protection against a static charge delivered to its input—a change that has no sonic effect. I also had the circuit board redesigned with a ground plane for better grounding—again, no sonic effect except the potential for a little less hum. And I added a resistor to give the circuit a very small amount of additional low-mid response—I wanted it to have a little more roundness when used with, say, a Strat into a Super Reverb. I made no other changes.”   -Bill Finnegan, interview dans Premier Guitar-
    Une autre modification pointée du doigt par Manticore FX est qu'une résistance a été ajoutée à un moment à la fin du circuit. C'est R28, une résistance de 100K placée juste avant le switch. Je ne sais pas trop à quoi elle peut bien servir, si jamais vous avez une idée...

    La Klon KTR est sortie en 2012. C'est exactement le même circuit que la Klon centaur, mais optimisé pour la grande production. Ainsi, elle utilise des composants de surface (SMD), qui permettent une production automatisée par des robots, tandis que Bill Finnegan peut plus se concentrer sur le contrôle qualité. Le prix est cependant toujours élevé, surtout pour un produit de production de masse... Les 4 ans durant lesquels la Klon n'a plus été produite ont été l'âge d'or des Klones, et pas mal de Klones ont acquis leur réputation entre 2009 et 2012. Cependant, le prix élevé de la KTR, ainsi que sa taille pas encore optimale pour un pedalboard chargé fait qu'il y a encore de la place pour des Klones, et certains y trouvent très bien leur compte, comme Rockett avec la Archer, au grand dam de Bill Finnegan. La KTR utilise exactement les même diodes que la Centaur, et Bill a testé de nombreux composants SMD pour avoir un son le plus proche possible de l'originale. Afin d'éviter les variations de pédale à pédale, il a utilisé des composants à faible tolérance, et il n'y a aucun condensateur électrolytique dans cette version.

    On a demandé à Bill Finnegan s'il comptait un jour créer une autre pédale, mais il a apparemment un souci avec les "kloneurs" qui ne lui donnent pas envie de s'y mettre :
      "If any new product I come out with will be ripped off immediately after its release, and if unscrupulous people will again be making money off of my work, and if on top of that Klon’s reputation and my own personal reputation will be at risk every time someone decides to put out his own version of one of my designs, then where is my incentive to release anything new at all? Over the past few years, I’ve talked with a number of other pedal designers about this stuff—good people who design their own circuits, and whose circuits have also been ripped off—and we all agree there is now an enormous disincentive for any of us to create and release new products." -Bill Finnegan, Premier Guitar interview-
    Peut être que la prochaine pédale de chez Klon sera une pédale numérique en composants de surface (non klonable !). Le cas de la Klon Centaur est un des premiers qui a introduit les problèmes éthiques liés à la copie de pédales d'effets au sein de la communauté des afficionados d'overdrives et des DIYers. Comme il n'y a aucun recours légal pour se protéger contre la copie de circuits aussi simples que ceux des pédales d'effets, la seule barrière à la copie est éthique, et ce n'est pas la même pour tout le monde ! Je suis en train d'écrire un article là dessus, en incluant quelques brevets liés aux pédales d'effet, et des réflexions sur le "clonage".


    Quelques faits marrants sur la Klon Centaur

    • Le nom "Klon" est un diminutif de "Klondike", une région des Etats-Unis connue pour la ruée vers l'or qui s'y est déroulée au début du 19ème siècle
    • Pour commander une Klon Centaur à l'époque où elle était encore produite, il fallait appeler Bill Finnegan en personne pour discuter de la pédale et voir si elle convenait à vos besoins musicaux, et se faire livrer à une adresse professionnelle (impossible de se faire livrer chez soi !)
    • Hitler a été très déçu par sa Klon Centaur (Bill Finnegan a trouvé cette vidéo hilarante)
    • Il y a un sujet de 20 pages sur The Gear Page pour savoir si le design de la KTR était le vrai design à sa sortie, ou s'il avait été photoshoppé !
    • Des gens sont prêts à débourser près de 2000 euros pour la version originale de la pédale !


    Et voilà, nous arrivons à la fin de cet article ! Je sais que c'est un peu dense, donc prenez votre temps afin de comprendre, et surtout, n'hésitez pas à poster vos questions dans les commentaires ! Si jamais vous voyez une erreur dans l'analyse du circuit ou ailleurs, n'hésitez pas à m'en faire part, je corrigerai !

    Cet article vous a été utile ? N'hésitez pas à me remercier en likant la page facebook Coda Effects !


    Pour aller plus loin : (en anglais)
    Document de 2009 faisant suite au « dégoopage » de la Klon
    Manuel fourni par Aion electronics, bien fait et très informatif
    La page du projet Refractor par Aion Electronics.
    La page de la "Klown" Centaur du site Revolution Deux
    Projet "Sunking" de madbean pedals, un autre clone de Klon, avec un PCB plus gros
    "Klown" centaur moddée sur le site de la Revolution Deux
    Un site avec des photo de chaque Klon centaur, classées par numéro de série (un peu obsessionnel comme site, mais marrant à voir !)
    Manticore fx : pas mal d'infos sur les versions de la Klon et les fameuses diodes.
    Histoire de la klon centaur sur Premier guitar
    Previous
    Next Post »
    0 Commentaires