Les différents types de Fuzz

La Fuzz est un effet emblématique de la guitare électrique. Satisfaction des Stones, Purple Haze de Jimi Hendrix, Think for Yourself des Beatles… On ne compte plus le nombre de chansons absolument géniales qui ont incorporé cet effet et l’ont peu à peu imposé comme une référence dans le monde de la guitare électrique !
 
Aujourd’hui, on trouve des fuzz à toutes les sauces, avec de multiples variations autour d’un même circuit… Pour s’y retrouver un peu, j’ai écrit ici un petit récapitulatif résumant les différents types de Fuzz qu’on peut trouver. C’est bien sûr non exhaustif, je me suis contenté de mettre les principales, ainsi que des variations modernes ou « boutique » que l’on peut trouver aujourd’hui. J’ai essayé de faire ce classement en respectant l’historique de ces fuzz... Faites votre choix !

Fuzz types

1. La Gibson Maestro FZ1 (1962)

La première fuzz, tout simplement ! A la base, il est assez drôle de voir qu'elle a été commercialisée pour imiter le son des cuivres ! Pour vous donner une idée du son, c'est LA fuzz utilisée sur "Satisfaction" des Rolling Stones. 
Gibson Maestro FZ1 fuzz
Elle a donc un son "nasillard", assez agressif, un peu "nid d'abeille", voire à la limite du "ring modulator" sur les cordes hautes ! C'est un son assez spécial, très vintage dans l'esprit. Pour être honnête, je ne suis pas fan, mais cela peut être utilisable à petite dose je pense, dans certains styles. Par exemple, en rock psychédélique ou garage, elle peut vraiment apporter des sonorités sympas !
L'originale est bien sûr introuvable ou à des prix astronomiques... La Boss FZ5 simule numériquement ce circuit, mais sinon les clones sont plutôt rares (à moins de passer par des petits constructeurs), car il est vrai que le son est vraiment spécial ! Il y a eu une reissue par Gibson à un moment aussi, mais qui conservent les désavantages de l'originale (pas d'alimentation 9V, taille...)


2. La Sola Sound Tonebender Mk1, Mk1.5 et Mk2 (1965 et 66)

Créée en Angleterre pour concurrencer la Gibson Maestro (trop chère à l'import), cette fuzz deviendra rapidement une référence, la version MK2 ayant été utilisée par pas mal d'artistes rock anglais de l'époque, comme Jeff Beck ou Jimmy Page par exemple. Elle sera aussi copiée par de nombreuses marques : Marshall Supafuzz, Vox Tonebender sont des exemples de fuzz très proches de la tonebender.
Sola Sound Tonebender MKII
On a un son plus classique pour un Fuzz, son lourd et puissant, avec pas mal de saturation. La saturation peut être gérée au volume à la manière d'une Fuzz Face. On a un son assez doux, chaud comparé à l'agressivité de la Maestro, avec pas mal de mediums. Grossièrement, c'est une genre de Fuzz Face, mais plus agressive et saturée, qui peut sonner un peu comme une distorsion.
Elle a été clonée, modifiée et reproduite par plein de marques : D*A*M (qui fait d'excellentes répliques), Earthquaker Devices Tone Reaper, Fulltone Soul Bender, Basic Audio Scarab Deluxe, JHS Bun Runner, Ramble FX Twin Bender...etc.


3. La Fuzz Face (1966)

LA Fuzz, une des fuzz les plus emblématiques avec sa bouille ronde et rouge (enfin, grise au départ...). Utilisée par Jimi Hendrix, elle est très très vite devenue la référence des Fuzz. Créée en 1966 par Dallas Arbiter en Angleterre, elle utilisait au départ des transistors germanium, qui furent par la suite remplacé par des transistors silicium, plus stables. Pour voir l'analyse du circuit, lisez mon article sur le circuit de la fuzz face.
Dallas arbiter vintage fuzz face
Le son de cette fuzz est caractéristique : très doux, chaud et rond, on a un son saturé très crémeux qui évoque quasi systématiquement (surtout si vous avez une guitare type stratocaster) le son de Hendrix. Elle a aussi la particularité de très bien réagir au potentiomètre de volume de la guitare : en baissant le volume, on peut retomber à un son quasiment clean ! Les versions avec transistors germaniums sont idéales pour cela, mais sont moins stables (sensibles à la températures, exigentes sur le choix des transistors) C'est vraiment la fuzz classique par excellence, facile a utiliser et qui fait directement son effet !

La Fuzz Face est toujours produite par Dunlop (en version mini, germanium, silicium...etc), mais de nombreux constructeurs ont saisi l'occasion de faire leur propre fuzz face et proposent des versions inédites : la Sunface d'Analogman (plus dans l'esprit réplique), que j'ai clonée ici et ici, la Fulltone 69, la JHS Pollinator, la Boss FZ3... etc. sont toutes des interprétations autour du circuit de la Fuzz Face.



4. Roger Mayer Octavia (1967)

Avec sa forme de vaisseau spatial étrange, l'Octavia de Roger Mayer n'est pas une pédale qui laisse indifférent. Roger Mayer était le guitar tech de Jimi Hendrix (rien que ça), et a donc bricolé pas mal de pédales pour le maître... Cette octavia est l'une d'elle.
Roger Mayer Octavia
La particularité qui rend cette pédale unique (au delà de sa forme chelou), c'est le fait qu'elle produise une son à l'octave supérieure par dessus le son normal ! Cette effet est surtout prononcé vers la douzième case, ce qui fait qu'on l'entend plus lors des soli. Cela donne un son assez agressif, qui peut être légèrement dissonant (car l'octave n'est jamais parfaite). Là encore, certains morceaux de Hendrix sont tout à fait représentatifs du son de cette pédale, comme le solo de Purple Haze ou Fire.

Roger Mayer produit toujours la pédale, mais là aussi, cette pédale a été pas mal clonée et modifiée : Fulltone Octafuzz, Catalinbread Octapussy (ce nom est juste génial), Electroharmonix Octavix..etc. Ce qui a l'air de vachement plaire à Roger Mayer, puisqu'il a mis sur son site cette belle citation : "Those who can invent do, those who can't invent copy" (un peu rageux le Roger, mais bon on peut le comprendre)...



5. Univox Super Fuzz (1968)

Alors là c'est un petit kiff personnel, cette fuzz pour moi c'est le malin, le diable, un monstre en boite, une vraie boite de pandore ! Cette Fuzz, inventée en 1968 par Shin Ei (devenue par la suite Univox) a non seulement le look qui tue, mais est en plus tout simplement la fuzz la plus violente et la plus lourde imaginable ! Elle a été utilisée par Pete Townshend au cours des live des Who, puis a été redécouverte au cours des années 90 par pas mal de groupes de Stoner, dont certains en ont fait leur son (Fu Manchu par exemple).
Comme je l'ai dit avant, cette Fuzz a un son sursaturé, lourd. On a une octave inférieure qui vient alourdir le son, et une octave supérieure, plus discrète qui intervient vers la douzième case. Pour vous faire une idée du son apocalyptique qu'elle produit, n'importe quel morceau de Fu Manchu utilise cette pédale (allez checker Cyclone Launch tiens)

Malheureusement la production de cette pédale par Univox fut stoppée. Boss a produit un clone en 1993, la Boss FZ2: Hyper Fuzz, qui a connu un certain succès dans le milieu du stoner, mais n'est plus produite aujourd'hui et assez dure à trouver. Aujourd'hui, Behringer produit un clone cheap, et quelques fabricants boutiques en proposent (Wattson Super Fuzz, Solid Gold FX Formula 76). Produire une fuzz respectant l'esprit de la Super Fuzz originale (son, et look ! - qui tue -) est un de mes projets en cours. Si ça vous intéresse, n'hésitez pas à m'envoyer un mail pour plus de détails.



6. Electro Harmonix Big Muff Pi (1969)

Une autre fuzz classique créée en 1969 par Electro Harmonix : la Big Muff Pi. Cette pédale toujours produite, avec d'innombrables versions différentes (Deluxe, Russian, Triangle, Ram's Head...), a été utilisée par plein d'artistes à cause du son particulier qu'elle apporte, et notamment ce sustain quasi infini qu'elle génère. David Gilmour (Pink Floyd) est un fervent utilisateur de la Big Muff
Big muff pi rams head
Le solo de Comfortably Numb est un bon exemple du type de son qu'on peut obtenir avec une Big Muff. C'est un son lourd, bien saturé, mais néanmoins pas trop crunchy, qui permet d'avoir un sustain de fou et des plein d'harmoniques. Le potentiomètre de tone permet de varier entre une fuzz très agressive et aigu, et quelque chose de plus rond avec plus de basse. Une autre caractéristique des Big Muff (qui est aussi une de leur faiblesses), c'est le "scoop" des médiums, à savoir qu'elles enlèvent une bonne portion de ces précieuses fréquences, ce qui a pour effet de faire disparaitre le guitariste dans le mix. Pour éviter cela, David Gilmour l'utilisait conjointement avec une overdrive qui venait re-rajouter des mediums pour compenser. Aujourd'hui, il existe des versions de la Big muff qui incorporent des tonestacks différents pour éviter ce fameux "scoop" des médiums. J'ai écrit un article sur le circuit de cette fuzz si cela vous intéresse.

Cette pédale est la reine des clones, probablement une des pédales les plus clonées et modifiées ! Il y a des dizaines et des dizaines de versions de cette pédales, en voici quelques unes : Pete Cornish G2, P1 et P2, Skreddy Mayo, Way Huge Swollen Pickle, Mojo Hand FX Colossus et Iron Bell, Blackout Effectors Musket, Black Arts Tonework Pharaoh...etc. Chaque fabricant "boutique" a sa version à proposer, et j'ai moi même déjà réalisé plusieurs Big Muff Ram's Head.



7. Shin Ei companion Fuzz (1970)

On finit par une rareté assez originale, la Companion Fuzz, créée en 1970 par la compagnie japonaise Shin Ei. Si j'ai mis cette pédale dans ce classement, c'est que malgré sa rareté, elle possède vraiment un son unique, très spécial !
Le son qu'elle produit est très nasillard, très râpeux, type tronçonneuse ! Cette pédale a été pas mal utilisée par des groupes de rock psychédélique, ou plus récemment par Dan Auerbach des Black Keys pour le son sale et rocailleux qu'elle produit... C'est vraiment un son unique, à entendre une fois, on aime ou on déteste !

Du à ce son étrange, la demande est relativement faible et les rééditions ou clones sont rares. L'originale n'est bien sûr plus produite (et atteint des prix délirant sur ebay), mais Earthquaker Devices a récemment fait un clone : la Terminal. Certains fabricants boutiques en fabriquent encore.


8. 1970-2010 : que s'est il passé ?

N'y a t'il plus aucune invention niveau fuzz durant cette période ? Les années 70 ont marqué le début des overdrives, qui ont peu à peu remplacé les fuzz, que cela soit dans le matériel du guitariste, ou dans la musique, où cet effet a été peu à peu éliminé, pour être remplacé par la saturation des amplis. En effet, dans les années 70, les amplis disposent (enfin) d'un master volume, et les fuzz ne sont plus nécessaires pour pousser la saturation. Les nouveaux genre qui émergent, comme le Hard Rock, préfère la saturation des amplis à celle, particulière, des fuzz.

Cependant, dans certains genres d'irréductibles musiciens, la fuzz résiste encore et toujours à l'envahisseur. Les guitaristes de Stoner Rock en tous genre réhabilitent la fuzz pour produire des sons lourds sursaturés (Kyuss, Queens of the Stone Age, Fu Manchu). Certains groupes indés en font leur marque de fabrique (Smashing Pumpkins, shoegazers...). Dans les années 2000 avec la venue de groupes inspirés des années 60 (comme par exemple les White Stripes), la fuzz ressuscite et redevient un effet classique. D'autres artistes l'utilisent de manière inédite et la rendent à nouveau populaire (comme Matthew Bellamy et sa Fuzz Factory)
Les constructeurs boutiques et classiques modifient et améliorent les anciennes fuzz en les rendant plus pratique d'utilisation (prise 9V pour alimentation, taille réduite), moins bruyantes et plus stables.
Certains constructeurs innovent et créent des circuits entièrement nouveaux, et souvent complètement barrés : Death By Audio (avec la Fuzz War par exemple), Devi Ever (Hyperion, Soda Meiser) ou Zvex avec la Fuzz Factory sont quelques exemples... Certains inventent de nouveaux circuits qui sonnent plus "classiques" mais néanmoins très efficaces : Wampler Velvet Fuzz, ou la D*A*M meathead par exemple !

Personnellement, je suis un fan inconditionnel des fuzz. La Super Fuzz, la Big Muff et la Fuzz Face sont clairement pour moi des pédales géniales que tout le monde devrait tester au moins une fois ! De plus, ce sont vraiment des pédales simples et amusantes à fabriquer, qui peuvent facilement être modifiées et personnalisées ! Je ne saurais que trop vous conseiller d'en fabriquer une... La Big Muff est la pédale parfaite pour se faire la main (avec un PCB de préférence), même pour un débutant, et peut être modifiée très facilement (le circuit est très tolérant aux modifs).

Voilà, j'espère que cet article vous donne une bonne vue globale des différentes fuzz, pour vous orienter un peu vers ce que vous préférez !

Des questions ? Postez un commentaire !
Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à me remercier en likant la Page Facebook Coda Effects.

Pour aller plus loin:
La "Fuzz timeline" de la Big Muff page
Une autre Fuzz timeline par Hewitt's garage
Fuzz Face history : une vidéo sympa sur l'histoire de la Fuzz Face (en anglais)
Maestro Fuzztone history : un bon article résumant l'hitoire de la première fuzz (en anglais)
Histoire des ToneBenders sur le site de D*A*M (en anglais)
Previous
Next Post »
6 Commentaires
avatar

Hello, je découvre ton site et c'est plutôt sympa !

Petite remarque sur ton listing, j'aurai ajouté la mosrite (la pédale fuzz sur le mythique in a aggada vida) , la BrassMaster (Fuzz pour bass assez atypique et infâme !) sans oublier les fuzz ibanez (même circuit, plusieurs nom, dont bruno fuzz de mémoire).

Enfin, j'aurai peut être mentionné que le premier circuit de drive était fait par EHX et que le premier circuit émulant la distortion était la fameuse tube screamer !

Voilà voilà ! bonne continuation.

DaFXTone.

Répondre
avatar

Merci pour ton commentaire ! La Mosrite effectivement, j'ai beaucoup hésité à la mettre, puis j'ai décidé de me concentrer sur certains effets emblématiques. Pour EHX, c'est quelle pédale ? Ca m'intéresse ! Pour la Tube screamer, ça viendra, je pense que cette pédale mérite un article à elle toute seule tellement c'est un monument qui a été modifié, remodifié, re re modifié !
A bientôt !
Benoit

Répondre
avatar

"While displaying his LPB-1 at the NAMM (National Association of Music Manufacturers) show in 1968, Mike unwittingly changed the design of amplifiers by demonstrating to everyone that pre-amps could be placed in series to create distortion. One of the first to realize that this effect could be built into an amplifier was Hartley Peavey of the Peavey Electronics Corporation, who was also at the show and purchased an LPB-1 to learn its secret (Howse 15). Not long afterward, many manufacturers were building the cascading pre-amp design into their amplifiers. "

Le multi cascading que tu as dans tout les amplis c'est de lui au départ ^^.

En terme d'histoire de la distortion il faut retenir l'overdrive des lampes de puissance (ampli trop peu puissant), puis la fuzz, puis les multiples étages de cascades dans le préamp et enfin, la première simulation de distortion transistor via la magique OD808.

D'ou le fait que j'aurai ajouté l'OD808 comme fin de ton article. Les fuzz perdent de leurs intérêt avec l’arrivé des amplis master volume, des préamplis multicascadés et surtout des OD808 qui simulent une saturation comme la fuzz !

Cheers.

DaFXTone

Répondre
avatar

Woah merci beaucoup pour toutes ces infos ! Sacré culture ! Je ne connaissais pas cet histoire de peavey et du LPB1 (les petits saligauds ^^)

Répondre
avatar

Salut,
Super site, super boulot, et quelle pédagogie, merci bcp !
Maintenant j'ai envie d'acheter un fer à souder... et ton Trémolo Tap Tempo ;)

Je profite de cet article pour citer deux Fuzz absolument indispensables pour moi :
la AF-100 (BeeBaa) et la Fender Fuzz-Wah-volume qui fait des merveilles pour la guitare ET la basse !
Ce serait d'ailleurs intéressant de proposer un klone de cette pédale (au son excellent sans aucun réglage !) non ?
(juste avec la partie Fuzz... ça doit pas être trop dur vu la taille du circuit non ?)

Répondre
avatar

Hello, très bonne synthèse, merci pour l'article !
Mais en étant Français on ne peut pas ne pas citer la Nitrogen21 de JMB Experience, fabriquée en France en collaboration avec Judge Fredd ! Je viens d'acquérir le tout nouveau modèle Color, et c'est une perle très versatile !

Répondre